L’Allemagne teste la voiture sans conducteur

Dans un pays où l’automobile est une passion nationale, pas question d’être en retard d’une révolution ! Depuis un an, l’Allemagne teste en conditions réelles la voiture sans conducteur sur une portion spécialement équipée de l’autoroute A9 en Bavière. Une première mondiale qui suscite l’intérêt des entreprises et des chercheurs.

Un laboratoire à ciel ouvert unique au monde L’autoroute numérique expérimentale (DTA) Agrandir l'image L’autoroute numérique expérimentale (DTA) (© Picture alliance/ dpa) L’autoroute numérique expérimentale (DTA) est un véritable laboratoire à ciel ouvert. Cette portion de 160 kilomètres située entre Munich et Nuremberg est « la première voie au monde à être entièrement numérisée et entièrement connectée pour permettre la conduite automatisée », explique Alexander Dobrindt, ministre allemand des Transports et des Infrastructures numériques.

Les premiers retours sont très positifs. Les constructeurs automobiles, les sous-traitants, les entreprises de télécommunications et d’informatique, ainsi que les centres de recherche - allemands et étrangers – se pressent pour venir tester leurs véhicules – des voitures et des camions.

Les uns viennent tester des véhicules sans conducteur en conditions réelles. D’autres font rouler des files de camions pilotées à distance par le premier poids lourd. D’autres encore travaillent à l’élaboration d’une carte de l’autoroute numérique haute définition, au centimètre près, qui doit permettre un pilotage ultra-précis du véhicule sur la chaussée. L’A9 est le témoin d’une révolution en marche au jour le jour.

Et ce n’est pas tout. La DTA sert également de laboratoire à la 5G. La future norme de télécommunication mobile doit permettre une communication entre les véhicules à la milliseconde près.

Enfin, elle est équipée de capteurs radars dernier cri. Ils doivent permettre de récolter des informations en temps réel sur le trafic, sa densité, sa rapidité et le comportement des véhicules.

L’Allemagne, aux avant-postes d’une nouvelle révolution automobile Le ministre allemand des Transports et des Infrastructures numériques, Alexander Dobrindt (2e en partant de la gauche) lors de l’inauguration de la portion d’autoroute test Agrandir l'image Le ministre allemand des Transports et des Infrastructures numériques, Alexander Dobrindt (2e en partant de la gauche) lors de l’inauguration de la portion d’autoroute test (© picture alliance/ dpa) Car tel est le grand objectif de la voiture sans conducteur : rendre la route plus sûre et plus fluide. M. Dobrindt en est convaincu : l’automobile de demain sera autonome et connectée.

Le ministre a donc annoncé l’extension de l’expérience bavaroise à d’autres voies tests en Allemagne, un investissement de 80 millions d’euros à l’horizon 2020.

Seront notamment concernés cette fois les centres-villes de six métropoles (Hambourg, Munich, Ingolstadt, Braunschweig, Dresde et Düsseldorf). Les voies seront équipées de capteurs afin d’expérimenter, par exemple, la gestion de situations complexes, comme les feux tricolores et les carrefours.

Enfin, Berlin vient également de poser des jalons juridiques pour favoriser l’émergence de la voiture sans conducteur. Une nouvelle loi vient d’être adoptée. Elle précise notamment le degré d’attention exigé du conducteur et les responsabilités juridiques en cas de problème.

Plus d’informations :
Ministère fédéral des Transports et des infrastructures numériques (en allemand) :

Sur le développement de la voiture sans conducteur

Sur la portion d'autoroute-test en Bavière

La stratégie allemande pour la conduite automatisée et connectée

Office de presse et d’information du gouvernement fédéral (en allemand) :

Adoption d'un projet de loi sur la voiture sans conducteur

Bilan : un an d'expérimentations sur l'autoroute A9 en Bavière

@CIDAL